Bienvenue dans le monde insolite des Maghiens !

Eurojournalist(e) est tombé sur un artiste insolite, Didier Maghe, qui vous invite dans un monde à part – et très sympathique !

Les "Maghiens" - ils sont là, parmi nous, pour nous apporter bonheur et réconfort... Foto: Didier Maghe

(Réd) – Aujourd’hui, nous vous présentons Didier Maghe, un artiste plasticien pour le moins atypique. En effet, cet artiste plasticien belge prétend être en contact avec un monde extérieur, celui des « maghiens ». Pour commencer l’interview, celui-ci nous déclare d’emblée : « Il faudra une bonne dose de fantaisie à vos lecteurs pour me comprendre, mais ceux d’entre eux qui n’en sont pas dépourvus, se verront ouvrir une porte qui mène vers des contrées inconnues, loin des contraintes de la vie quotidienne et où bonne humeur et détente sont au rendez-vous. »

Didier Maghe, qui êtes-vous ?

Didier Maghe : Ayant suivi une formation académique d’une dizaine d’années, je me suis spécialisé dans le nu humain et j’ai travaillé avec des modèles durant plusieurs années, avant cette rencontre décisive avec les maghiens.

Ne craignez-vous pas être pris pour un fou ?…

DM : Bien au contraire, je le revendique. Mais vous savez, si vous demandez à une personne atteinte de folie si elle est folle, elle vous répondra qu’elle ne l’est pas. Et dans mon cas, il faut savoir prendre ce que je dis au second degré et je pense que dans la vie, il faut pouvoir garder un petit grain de folie, une petite part d’insouciance propre à notre enfance et perdue à jamais.

En 2002, Xavier Lambert, journaliste de la Nouvelle Gazette en Belgique, était venu m’interviewer dans mon atelier. Il était venu en remplacement d’un collègue car il s’occupait à l’époque de la rubrique sport. Et il me posa d’abord quelques questions sans intérêt, tel que âge, parcours, etc. Je lui fis comprendre que cela n’intéresserait personne et j’ai donc embrayé vers les « maghiens ». Le résultat fût extraordinaire : un article vraiment réussi dont le titre était : « Seront nous un jour envahis par les maghiens ? ». Dans celui-ci, il me comparait à David Vincent, l’acteur principal d’une série intitulée « les envahisseurs » dans les années 70.

Et d’où viennent les « maghiens » ?

DM : Si vous pensez qu’ils sont le fruit de mon imagination, vous avez tout faux. Disons qu’ils sont venus vers moi, au moment où j’étais prêt pour les accueillir, mais ils m’observaient depuis de nombreuses années avant de prendre contact avec moi.

Cela nous semble incroyable. Ils ne seraient donc pas nés de vos pinceaux ?

DM : Laissez-vous aller, un peu comme quand vous franchissez la porte d’un cinéma, le temps d’un dessin animé ou un film de science-fiction. Laissez le temps derrière vous pour découvrir un univers différent et une rencontre insolite.

Savez-vous que les « maghiens » sont les ambassadeurs du bonheur ? Vous savez, je suis un utopiste et je rêve d’un monde meilleur. Je prétends aussi qu’ils sont des êtres venus d’une autre planète très loin dans l’univers et qu’ils sont là pour nous aider. Ils peuvent en quelques sorte nous « maghientiser » en transformant nos idées négatives en une attitude positive : « Don’t worry, be happy » en quelque sorte. Ils peuvent aussi vous porter bonheur pour le peu que vous le vouliez.

Et leur physique ?

DM : Vous voulez parler de leur rondeur ? Vous ne les trouvez pas sympathiques ? Heureux et sans complexes, peu leur importe leur apparence. Peut-être que les humains devraient pourvoir en faire autant sans se focaliser sur leur aspect extérieur en essayant d’atteindre équilibre entre corps et esprit. Mais là on commence à philosopher et celle pourrait faire part d’un prochain article, qui sait, sur Eurojournalist(e) ?

Tout un programme…

DM : Et oui, je vous avais prévenu, qu’il me faudrait facilement 2 heures pour vous expliquer et encore ce ne serait qu’un début. Je tente de joindre art plastique et philosophie à travers le monde des « maghiens » et je les laisse parler à ma place. Ce sont donc eux qui transmettent les messages.

Pensez-vous qu’ils aient un avenir ?

DM : Oui. Ayant l’éternité devant eux, d’autres missions les attendent aux quatre coins de l’univers.

Ce n’est décidément pas facile de vous ou de « les » suivre…

DM : Je sais, il faut du temps pour digérer et il y a encore tant de choses que je pourrais vous expliquer, comme par exemple le caractère technique de la réalisation de mes œuvres que je réalise en bronze ou en matière synthétiques comme celle de ma photo en annexe.

Ce qui serait intéressant, ce serait de laisser le lecteur me poser les questions, cela créerait une interaction. Ils peuvent, en attendant, se faire une idée plus large du monde des « maghiens » en visitant leur site internet www.maghe.info où ils découvriront des photos d’œuvres réalisées par mes soins ainsi que des articles de journaux et textes divers. Le blog aussi leur permettrait de comprendre mieux mon approche : maghienne.skynetblogs.be .

Didier Maghe, merci pour cet entretien – on vous suivra !

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste