Bravo, Monsieur le Préfet !

Le Préfet du Département de la Haute Savoie a pris une décision qui pourrait sauver la vie à quelqu’un qui ne mérite pas de la perdre… bravo !

Grâce à une excellente décision du Préfet de la Haute Savoie, Smaïn Benali pourra continuer à travailler - et à vivre ! Foto: Eurojournalist(e)

(KL) – Souvent, dans nos colonnes, nous sommes amenés à relater des choses terribles, des scandales, des dysfonctionnements ; ainsi, quand nous pouvons partager des informations positives, nous le faisons avec un réel plaisir. Comme dans le dossier du couple Smaïn Benali et Chantal Pugin qui était menacé d’une expulsion de leur logement début Avril, après être tombé dans des difficultés énormes suite à la tentative d’un investisseur peu scrupuleux de déposséder Smaïn Benali de la technologie géniale qu’il avait inventé. Au bout du rouleau, Smaïn Benali était aux bords du suicide, comme l’ont attesté les médecins. Une décision remarquable de la part de la Préfecture de la Haute Savoie donne une toute nouvelle orientation à cette situation.

C’était comme un cadeau de Pâques. Le Vendredi Saint, le couple a reçu un courrier de la part de la Préfecture lui indiquant que l’expulsion, prévue les premiers jours du mois d’Avril, allait être suspendue pendant trois mois, le temps que ce couple d’entrepreneurs puisse trouver une solution de relogement. Les nombreuses démarches de Chantal Pugin, épaulées par l’association « Aide Entreprise », ont enfin été entendues. Et la Préfecture de la Haute Savoie a fait preuve d’une grande humanité en étudiant un dossier compliqué et terrible avec une bienveillance exemplaire.

On reproche souvent aux administrations une certaine rigidité, un manque de flexibilité, une froideur inquiétante vis-à-vis des citoyens. Eh bien, la Préfecture de la Haute Savoie vient d’apporter la preuve du contraire, redorant ainsi les armes françaises en appliquant à la lettre la devise de la République Française : Liberté, Egalité, Fraternité.

Le dossier du couple Pugin / Benali était arrivé au point mort. Cet ingénieur en informatique, reconnu pour la qualité de son travail jusqu’au niveau international, avait perdu son entreprise (qui employait une quarantaine de salariés) suite à une tentative de la part d’un investisseur de le pousser hors de sa propre entreprise, histoire de s’approprier une technologie présentant un potentiel hors du commun à l’échelle planétaire. Une fois prise dans les rouages d’une liquidation judiciaire forcée par cet investisseur (coûtant au passage l’intégralité de ces 40 emplois), la situation du couple devenait cauchemardesque. Car un entrepreneur en difficultés n’a quasiment aucun soutien, broyé par une machine judiciaire et administrative, causant des maladies, des déchirures familiales et des suicides.

Smaïn Benali, privé de la possibilité de continuer son travail exceptionnel, tombait dans une dépression grave. Le suivi médical n’a pas pu amoindrir ses pulsions suicidaires, bien au contraire. L’ensemble des médecins traitants étaient persuadés qu’au moment d’une éventuelle expulsion, Smaïn Benali serait passé à l’acte. C’est la décision du Préfet de la Haute Savoie qui a pu empêcher ce drame. Et cette décision ne constitue pas seulement une grande preuve d’humanité de la part des acteurs de ce dossier, mais également une décision dans l’intérêt de la France, car Smaïn Benali et Chantal Pugin seront en mesure, une fois relogés, de poursuivre leur travail, de créer à nouveau des emplois et de gratifier la France d’une invention technologique qui fera parler d’elle.

Quel plaisir de pouvoir applaudir des deux mains une décision administrative d’une telle sagesse et d’une telle humanité ! Que l’exemple de la Haute Savoie soit entendu ailleurs, car le nombre de dossiers comparable à celui du couple Benali / Pugin est impressionnant partout en France. En attendant, il convient de noter que la Préfecture de la Haute Savoie a sauvé une vie. Smaïn Benali peut ressusciter – et ça, c’est la plus belle histoire de Pâques cette année.

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste