C’est ça, la vraie démocratie

Le vote citoyen pour le « Budget Participatif » à Strasbourg donne un exemple de la manière dont la démocratie citoyenne peut fonctionner – 31 projets émanant de la société civile peuvent être réalisés.

Le vote pour les 31 projets citoyens qui obtiennent des financements votés par les citoyens, constitue un pas vers une "démocratie nouvelle". Foto: Eurojournalist(e) / CC-BY-SA 4.0int

(KL) – Il faisait une chaleur incroyable à l’Aubette à Strasbourg. Pourtant, la salle était pleine et aucun des participants à cette soirée « Présentation des lauréats du budget participatif » n’a regretté d’être venu. Car cette soirée a marqué le début d’une nouvelle ère de la démocratie citoyenne. La ville de Strasbourg a mis à disposition un million d’euros – et les Strasbourgeoises et Strasbourgeois avaient voté par Internet pour les 31 projets citoyens qui par ce biais, ont obtenu le financement pour pouvoir être réalisés. La particularité – ce sont les citoyens et citoyennes qui ont décidé de l’attribution de ces financements.

Les 31 projets lauréats vont de l’aménagement d’un terrain de foot jusqu’à la transformation verte d’une rue de quartier, en passant par la mise en œuvre d’un « hôtel d’insectes » ou encore un projet de ramassage de mégots de cigarettes. L’intégralité des 31 projets vise un meilleur vivre-ensemble, l’embellissement de la cité, l’action sociale.

A l’époque à laquelle nous vivons, ce « budget participatif » constitue bien plus que la simple distribution de fonds pour réaliser des projets. Ce « budget participatif » est l’expression de la volonté de la ville de Strasbourg de moderniser la démocratie, de repenser la place des citoyens dans la vie de la cité, et de non seulement donner la parole aux citoyens, mais de les associer aux décisions politiques.

Pour la Maire adjointe à la Démocratie Locale, Chantal Cutajar, qui était à l’origine de ce « budget participatif », cette nouvelle approche est un franc succès : « L’engagement des citoyens et citoyennes était exemplaire et il est très prometteur pour l’avenir. Les projets ayant obtenu un financement sont d’une grande qualité et montrent que les citoyens et citoyennes s’impliquent activement dès lors qu’ils ont la possibilité de le faire. Là, il s’agit de créer un nouveau lien entre la politique, souvent perçue comme éloignée des citoyens et citoyennes, et la société civile. La politique a besoin des compétences citoyennes et les citoyens doivent pouvoir s’appuyer sur une politique qui les entend et les associe. » Pari réussi : lors de cette soirée à l’Aubette, le maire Roland Ries a annoncé que le « budget participatif » sera reconduit dans le budget 2020 et on a entendu que ce « budget participatif » sera porté de 1 million d’euros à 5 millions d’euros, puisque l’expérience est parfaitement concluante.

A un moment de morosité politique ambiante, le « budget participatif » constitue un signal encourageant. Au lieu de se limiter au constat qu’il faut réinventer la démocratie, la ville de Strasbourg s’est mise à l’œuvre. Et on constate avec plaisir que la société civile, dès lors qu’on lui en donne les moyens, est un pilier de la société qui pétille d’idées, d’énergie, de bonne volonté et – qui dispose de compétences dont la politique et les administrations ont besoin. Et si ce « budget participatif » constituait un grand pas vers une « démocratie nouvelle » ?

Maintenant, les projets ainsi financés entrent en phase de réalisation, et dès le début 2020, on pourra établir un premier bilan. Avant de passer à la promotion 2020 – et là, on prend les paris – la société civile strasbourgeoise nous gratifiera à nouveau d’une série de projets à la fois importants et beaux. Comme quoi, dès que le monde politique se souvient de ce que le mot « démocratie » veut réellement dire, le visage d’une ville peut changer. Un grand bravo pour ce courage politique – qui représente carrément un changement d’orientation démocratique !

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste