Excitation superflue concernant les «démissionnaires» de la liste Masseret

Au lendemain des élections régionales, tout semble oublié. La menace du Front National, la fronde de Jean-Pierre Masseret vis-à-vis de son parti, les raisons pour lesquelles les «démissionnaires» avaient appelé à voter pour Richert…

Pendant que d'autres songeaient à leurs carrières personnelles, Anne-Pernelle Richardot voulait barrer la route au FN. Elle mérite bien de siéger au nouveau conseil régional. Foto: Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 3.0

(KL) – Anne-Pernelle Richardot (PS) siègera au nouveau conseil régional de la grande région de l’est de la France et personne n’aurait contesté ce fait, si seulement elle n’avait pas démissionné entre les deux tours des élections régionales en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Mais puisqu’ils n’étaient que 71 candidats à démissionner de la liste que Jean-Pierre Masseret avait maintenu au deuxième tour, contre les instructions du PS à Paris, la liste complète était soumise au scrutin (il aurait fallu 91 démissionnaires pour invalider la liste Masseret). Donc, en toute logique et malgré son appel de voter pour Philippe Richert, la numéro 1 du PS en Alsace, Anne-Pernelle Richardot, fait partie des 19 élus socialistes qui se sentiront un peu perdu dans la nouvelle assemblée régionale largement dominée par «Les Républicains» et face aux élus du Front National qui seront également beaucoup plus nombreux que les élus du PS. Et alors ?

«Une parole donnée est une parole donnée !», martèlent certains, demandant le retrait des élus socialistes «démissionnaires» entre les deux tours. Mais si cela s’appliquerait à 7 des 19 élus socialistes dans la nouvelle assemblée régionale, il convient de se souvenir des raisons qui avaient conduit 71 candidats et candidates à se retirer de la course – c’était une geste républicain qui ne visait qu’une seule chose : barrer la route à Florian Philippot et le Front National qui, après le premier tour, étaient en posture de remporter la région du Grand Est. Faire fi de ses ambitions personnelles pour le bien commun, ce n’est pas une attitude qui disqualifierait Anne-Pernelle Richardot et les autres pour un poste politique, au contraire. C’est Jean-Pierre Masseret qui a joué avec le feu et l’élan de mobilisation des électeurs entre les deux tours aura eu également lieu grâce à ces démissions des candidats et candidates PS qui avaient déclenché de nombreux débats.

Bien sûr, en politique, c’est comme dans le sport – ce sont les vainqueurs qui ont raison. Mais n’oublions pas que le vainqueur de ces élections, Philippe Richert, avait fait un bond spectaculaire entre les deux tours (de 25% à 48%), indiquant lui-même qu’il était conscient que de nombreux électeurs et électrices avaient voté pour lui pour la seule raison d’empêcher le Front National de mettre la main sur la région. S’il est impossible d’évaluer la contribution exacte des «démissionnaires» au bond qu’à fait Philippe Richert, elle est certainement supérieure à celle des candidats qui avaient préféré jouer avec le feu. Inutile donc de jouer maintenant aux «purs des purs», à ceux qui ont toujours défendu les valeurs de la gauche. Prendre le risque de voir tomber la région entre les mains du Front National, ce n’est pas un comportement responsable et sans la mobilisation exceptionnelle des électeurs, cela aurait pu se terminer mal.

Aujourd’hui, on se rue sur ces «démissionnaires» comme Anne-Pernelle Richardot, Emmanuel Recht et les autres, en oubliant qu’ils se sont battus contre la menace du Front National pendant que d’autres songeaient avant tout à leur propre poste personnel dans la nouvelle assemblée régionale.

Que l’on tourne la page maintenant, qu’on laisse siéger les élus dans la nouvelle diète d’ACAL et la «gauche» devrait se réjouir de compter dans ses rangs encore des responsables politiques pour qui l’avenir de la région compte plus que la carrière personnelle. Ce genre de responsables politiques, il ne faut pas les virer, mais se réjouir que cela existe encore…

5 Kommentare zu Excitation superflue concernant les «démissionnaires» de la liste Masseret

  1. Yveline MOEGLEN // 18. Dezember 2015 um 2:36 // Antworten

    Cher Kai, ce commentaire manque d’exactitudes …
    Il faut lire ceux de Facebook pour compléter ta réflexion sur ce sujet…
    Dommage … !

  2. Chère Yveline, n’hésite pas à nous donner ton point de vue – une plate-forme comme la notre est aussi faite pour cela !

  3. Les voix qui se sont portées sur la liste de M. Masseret l’ont fait par soutient à la position de M. Masseret, à son idée (et celle de ses collistiers) politique, pas à celle défendue par Mme Richardot et les autres démissionnaires, quoi que l’on puisse penser de chacune de ces positions.

    Si Mme Richardot avait pu démissioner, elle l’aurait fait. J’estime pour ma part qu’elle opère de ce fait un vol de voix, elle usurpe sa place.

    Il est par ailleurs à noter si les tenants du retrait se désistaient dans le Bas-Rhin, ce ne serait plus un PS qui siégerait, mais un écologiste indépendant. Le maintien de Mme Richardot ne vise qu’à assurer au PS “ligne parisienne” d’avoir son propre groupe au CR.

    Le comble : certains “élus malgrés-eux” demandent la démission de celui qui leur a permis d’être élu…

    Ce n’est pas une position politique, c’est une position de politicard.

    Quant à la position de M.Masseret, je doutais de sa pertinence et vous crachez encore dessus. Mais force est de constater que de miser sur l’intelligence des électeurs au lieu de les infantiliser (le bon vote c’est ça, s’il n’y en a plus que 2, ces imb… ne pourrons pas se tromper), c’est dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine qu’il y a le moins d’élus FN et le plus de diversité politique (même qu’il pourrait y avoir des écologistes indépendants!) sur les 3 régions qui risquaient de basculer au FN…Il y a matière à réflexion, reflexion que ne semble pas vouloir envisager le PS, trop heureux d’avoir le repoussoir FN.

  4. Personnellement, je ne regrette pas d´avoir voté masseret.
    Je préfère un homme qui tient compte de ses électeurs qu´un autre qui fait fi de ceux ci.
    Après, démission ou pas de madame richardot, c´est son problème. L´important c´est que nous ayons des élus de gauche au conseil régional.

  5. Andree Buchmann // 18. Dezember 2015 um 15:23 // Antworten

    Bonjour,
    Méfions nous des interprétations fallacieuses. La forte augmentation des scores pour PHILIPPE Richert est principalement liée à la capacité de la droite d organiser la mobilisation d entre deux tours. Ce fut déjà le cas lors des dernières regionales ou Richert était donné perdant à L issue du premier tour. Ses équipes ont su mobiliser tous leurs réseaux, relais…. Et lui faire remporter la victoire.
    Quant au maintien de Jean Pierre Masseret, c est une démarche démocratique. En effet çela a permis à celles et ceux qui n auraient pas vote ou vote nul ou blanc de bénéficier d une possibilité d expression et de mobiliser encore plus les soutiens à Richert.. C est respecter les consciences.Il faut arrêter de prendre les électeurs pour de la chair à stratégie politicienne. Cela nourrit l extrême droite et la désespérance. Andree BUCHMANN.
    Je fais partie des 6 candidats bas rhinois de la liste Masseret qui ont résisté aux pressions des hautes sphères et je suis convaincue notre attitude est une contribution importante à la réhabilitation du politique.

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste