La reprise (3)

(3) La deuxième enseigne que nous suivrons ces prochains mois dans leurs efforts pour retrouver une certaine normalité, c'est l'Hôtel de la Cathédrale à Strasbourg.

Dans la vitre, on aperçoit le reflet de la plus belle Cathédrale du monde... Foto: Eurojournalist(e)

(KL) – Jean-Marc Mura, le patron de l’Hôtel de la Cathédrale à Strasbourg, avait vu la catastrophe arriver. Après un début du mois de mars détestable et en l’absence de touristes, il avait fermé son hôtel 4* déjà le 12 mars, peu avant l’annonce du confinement. Ce confinement arrivait au pire des moments. Après de lourds investissements, l’Hôtel de la Cathédrale venait juste de décrocher sa quatrième étoile, mais au lieu de pouvoir en profiter, Jean-Marc Mura devait envoyer ses salariés en chômage partiel. « En principe, tout a commencé pour nous dès le début du mois de février, lorsque notre taux de remplissage n’atteignait plus que 50%. A partir de février, notre occupation principale consistait à gérer les annulations… ».

L’hôtel, idéalement situé face à la Cathédrale, se vidait en un rien de temps. Le seul qui restait pour monter la garde, gérer l’administratif et arroser les plantes, c’était Jean-Marc Mura. « Il fallait obtenir un prêt garanti par l’Etat, rassurer nos équipes, prévoir la reprise, sans pour autant en connaître la date », explique Jean-Marc Mura. Rassurer les équipes, c’était important. 12 personnes travaillent en CDI à l’hôtel, 6 autres personnes font des temps partiels – et il était important que tout le monde reste sur le pont pour être prêt à se relancer le plus vite possible. « Cette phase a même contribué à renforcer l’esprit d’équipe », dit Jean-Marc Mura, « maintenant, la seule chose qui manque, c’est le retour des touristes… »

Peu à peu, ces derniers reviennent. Actuellement, le taux de remplissage de l’hôtel se situe à 40%, ce qui ne suffit pas pour survivre à long terme, mais c’est mieux que rien. Une grande plate-forme de réservations hôtelières qui propose également des chambres dans son hôtel aurait confié qu’en ce qui concerne les hôtels 3* à Strasbourg, elle n’enregistre actuellement aucune réservation. Du coup, on comprend pourquoi environ 80% des hôtels à Strasbourg n’ont toujours pas opéré leur réouverture. « J’ai donc eu raison d’investir pour décrocher cette quatrième étoile », se réjouit Jean-Marc Mura, « sinon, on aurait du mal même à avoir les 40% des chambres occupées… »

Et les perspectives ? « A l’instar d’autres villes comme Nantes ou Bordeaux, il faudra que les acteurs de l’attractivité de la ville, donc la municipalité et l’Office du Tourisme, se mettent au travail. Dans cette situation où les touristes d’outre-mer ne peuvent pas venir en Europe, il faudra cibler rapidement d’autres marchés, en France et dans les pays limitrophes, pour faire revenir les touristes. On pourrait imaginer de multiples actions pour augmenter l’attractivité de l’Alsace et de Strasbourg – mais il faut se mettre à l’œuvre maintenant, pour ne pas louper toute la saison touristique. »

Comme les deux autres enseignes que nous suivons dans le cadre de cette série, l’Hôtel de la Cathédrale et son dynamique patron ne baisseront pas les bras. C’est maintenant qu’il faut se battre pour l’avenir de son affaire et Jean-Marc Mura relève le défi.

Vendredi, nous vous présenterons la troisième enseigne, le « Münsterstübel » et à partir de la semaine prochaine, nous relaterons comment se passe cette reprise, semaine après semaine !

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste