Pâques, mais pas que…

Moment festif, souvent vécu en famille, les fêtes de Pâques sont chargées de très beaux symboles, mais...

Des fêtes de Pâques exclusives ou inclusives ? Foto: Arthur Thiele / Wikimedia Commons / PD

(Jean-Marc Claus) – Symbolisant pour les chrétiens, le passage de la mort à la vie, les fêtes de Pâques trouvent leur origine dans Pessah, la Pâque juive commémorant la traversée de la Mer Rouge à pied sec par les Hébreux au XVe siècle avant l’ère chrétienne. « Let my people go » dira, trente quatre siècles plus tard, le gospel faisant référence au dialogue entre Moïse et Pharaon, pour légitimer la nécessité de libérer les esclaves noirs assignés aux plantations étasuniennes, grâce au Commerce Triangulaire instauré dès le XVe siècle par les possédants et les gouvernants, de l’Ancien comme du Nouveau Monde.

Si Pâques est essentiel pour le christianisme, car sans crucifixion, mort, ensevelissement et résurrection du Messie, il n’a dans ce système de croyances plus aucune espérance possible, les chrétiens célébrant cette fête, gagneraient peut-être un tant soit peu, à faire leur examen de conscience. Aujourd’hui, on ne tue plus au nom du Christ, comme ce fut le cas au temps des Croisades ou de l’Inquisition ou de la Conquista ou durant l’essor du Ku Klux Klan, pour ne citer que ces quelques exemples, mais que ne tue t-on pas au nom du christianisme !

Censure dans certaines bibliothèques, mise à l’index de certains manuels scolaires, harcèlement des Pro Life envers les femmes voulant avorter ainsi que les cliniques et praticiens, thérapies dites de conversion destinées à ramener les homosexuels dans le « droit chemin », tout cela ne se pratique pas qu’aux Amériques. Comme nous le savons par expérience, les tendances étasuniennes traversent toujours l’Océan Atlantique pour faire florès dans la Vieille Europe. Mais aujourd’hui à l’Est, un bloc réactionnaire orthodoxe, tend la main aux ultra conservateurs protestants et catholiques de l’Ouest.

En somme, l’Europe est piégée entre deux conservatismes chrétiens, dont certains n’hésitent pas à faire cause commune avec des musulmans et des israélites, quand ils peuvent s’entendre sur ce qu’ils nomment des valeurs. Comme pour toutes les idéologies, les religions ont entre autre effets, de rendre les esprits encore plus étroits, et de les unir pour combattre les esprits larges. Plus que les religions ou les idéologies en elles mêmes, c’est leur instrumentalisation, qui s’avère toujours délétère pour l’humanité.

Les célébrations de Pâques, que l’on soit ou non croyant, devraient être l’occasion de mouvements inclusifs vers les autres. A quoi bon faire référence à la symbolique de la lumière et de la renaissance, si c’est pour semer la mort autour de soi ? Mort en s’enfermant dans une tour d’ivoire de certitudes génératrices de préjugés. Mort en condamnant autrui pour ce qu’il est, même et surtout si c’est un homme …

Vous trouverez la traduction du poème « Si c’est un homme » ci-dessous en cliquant sur CE LIEN

Source Wikipedia

Source Wikipedia

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste