Tencent veut prendre le contrôle d’Ubisoft

L'éditeur de jeux vidéo Tencent veut devenir l’actionnaire majoritaire d’Ubisoft. Une décision motivée par un gouvernement chinois de plus en plus restrictif dans le secteur des jeux vidéo.

l'éditeur de jeux français est dans le collimateur du géant chinois Tencent. Foto: Dennis Amith from USA / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 2.0

(Anthony Branstett) – Tencent, le titan chinois des jeux vidéo, a fait part de sa volonté forte d’assiéger Ubisoft, le titan français des jeux vidéo, en devenant l’actionnaire majoritaire selon l’agence de presse Reuters. Actuellement, la société chinoise possède 5% des parts de l’entreprise française. Des sources internes et anonymes s’accordent à dire que Tencent développerait actuellement une stratégie agressive pour y parvenir.

A l’heure actuelle, Ubisoft appartient à trois actionnaires bien spécifiques : 5% à Tencent, 15% à la famille Guillemot, fondatrice de la société, et 80% à des actionnaires publics. Autant dire que Tencent ne détient actuellement qu’une petite minorité de l’entreprise française. Afin de se rapprocher de leur objectif final, le mastodonte chinois souhaite racheter les parts des frères Guillemot.

Selon Reuters, il s’agit d’une offre sans engagement en détaillant que les conditions de base d’un investissement a déjà été présentée à Ubisoft. Une offre « bien supérieure » au prix actuel de l’action Ubisoft, dans une volonté forte d’éliminer toute concurrence sur le dossier. Dans cette obstination, des cadres de Tencent auraient pris leur envol pour la France en mai dernier. Une initiative pour discuter de vive voix de la transaction avec la famille Guillemot.

Même si Tencent devrait réussir à mettre le grappin sur les actions des frères fondateurs, il faudrait encore racheter les actions publiques. Toujours dans cette même optique ferme de s’assurer l’acquisition de ces parts, Tencent est prêt à mettre en jeu 100$ pour chacune des actions. Une somme ahurissante qui représente le double du prix actuel de l’action, se trouvant à 48€. Un chiffre bien supérieur au cours de 2018, lorsque Tencent était entré au capital à hauteur de 5%, à un cours de 66€ par action. Le montant le plus élevé atteint par l’action Ubisoft était de 108€.

Cette tactique agressive à faire chauffer la carte de crédit met en évidence une grande appétence d’acquérir l’entreprise française : « Tencent est très déterminée à conclure l’accord, car Ubisoft est un atout stratégique important pour Tencent », confie l’une des sources. Une opiniâtreté qui trouve sa source dans une situation politique chinoise compliquée.

Le gouvernement chinois est encore très fermé par rapport au secteur des jeux vidéo. En effet, la Chine a pour but d’établir un contrôle maximal sur la consommation des jeux vidéo. A cet effet, les mineurs sont restreints à 3h de jeux en ligne par semaine. Les professionnels, eux, ont subi une cessation des accréditations d’exploitation de certains jeux, nécessaires à leur commercialisation. Au total, 9 mois de gel, avant que le gouvernement ne délivre 45 nouvelles licences. Dans le lot, aucune destinée à Tencent, pourtant leader du marché. L’entreprise en a pâti, puisque, selon des représentants de Tencent, en mai dernier, les revenus des jeux locaux sont tombés de 1% alors que les jeux internationaux ont bondi de 4%.

Du coup, on comprend mieux la détermination de Tencent d’acquérir Ubisoft, valorisée à 5,4 milliards de dollars.

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste