Tourisme – la relance strasbourgeoise

Les Strasbourgeois voient les campagnes touristiques des autres régions françaises. Et du coup, ils se posent la question « mais que font les professionnels du tourisme strasbourgeois ? ». Voici la réponse…

La Région Nouvelle Aquitaine est bien présente en Alsace. Et l'Alsace et Strasbourg sont bien présents ailleurs. Foto: Eurojournalist(e)

(KL) – Le tourisme vit une période difficile et ce, dans le monde entier. En pleine pandémie, voyager est devenu difficile, perçu par certains même comme dangereux. Mesures sanitaires, classement des pays et régions en « zones à risque », règlementations changeantes, obligations de quarantaine, pass sanitaire, difficultés de se déplacer – actuellement, voyager est devenu compliqué. Au niveau du gouvernement, on prône le « tourisme bleu-blanc-rouge », comprendre, passer ses vacances au pays. Normal, dans les autres pays, les gouvernements tiennent le même discours. Mais comment se distinguer à un moment où chaque ville, chaque région, chaque pays se trouve devant le même challenge, à savoir attirer des touristes, les rassurer et leur proposer des produits touristiques en phase avec la situation actuelle ?

« Mais les professionnels du tourisme ne font rien pour faire revenir les touristes à Strasbourg », peut-on entendre dans la ville où effectivement, comme en 2020, on croise beaucoup moins de touristes que précédemment. Mais cette affirmation est fausse. Archi-fausse, même. Déjà, il faut comprendre que la promotion touristique pour l’Alsace et Strasbourg, ne peut pas vraiment être visible chez nous. Il doit être visible là où les gens réfléchissent à partir en vacances ou en long week-end, donc, ailleurs. Et rassurez-vous, ailleurs, Strasbourg et l’Alsace sont bel et bien visible.

« Pour nous distinguer des autres villes et régions », nous explique le directeur de l’Office du Tourisme de Strasbourg (ODT) Patrice Gény, « il faut quitter les sentiers battus. Les campagnes des autres villes se ressemblent quelque part et notre mission est effectivement de nous distinguer. » Pour ce faire, les professionnels du tourisme strasbourgeois s’appuient sur les bons multiplicateurs. Ainsi, ils travaillent avec la SNCF en proposant des produits touristiques particuliers, Strasbourg est présent sur le site de la SNCF (15 millions de visiteurs / an) et à partir du mois de septembre et jusqu’à la mi-novembre, l’ODT lance la même opération avec la Deutsche Bahn / Ameropa et les homologues suisses, en complétant cette démarche avec une coopération avec le site de réservation « Expedia » pour « soutenir concrètement les hôteliers strasbourgeois particulièrement affectés par la pandémie ».

Et cette offre touristique est parfaitement en phase avec les réalités pandémiques. Sous le slogan « Urlaub an der Haustür » (« vacances près de chez vous »), on proposera des packages touristiques de proximité à une clientèle allemande et suisse. Christine Harter, chargée de promotion à l’ODT, explique : « Nous visons à la fois les familles et petits groupes, tout en les invitant à utiliser des moyens de transport durables, ce qui correspond aux exigences actuelles et aussi à l’image de la ville de Strasbourg comme ville écologique. »

Ceux qui veulent voir les affiches qui font la promotion de la destination Strasbourg, devront se rendre à partir du mois de septembre dans les gares allemandes – si nous voyons à Strasbourg des promotions de la Région Nouvelle Aquitaine, les gens verront la promotion de la destination Strasbourg chez eux. Logique. On ne va pas faire de la promotion pour Strasbourg à Strasbourg.

Les professionnels du tourisme se sont vite adaptés à une situation inédite, composant avec les difficultés imposées par le virus et ses variants. Et visiblement, les professionnels du tourisme ont opté pour d’autres stratégies que d’autres villes, des stratégies très ciblées et bien pensées. Aller chercher les touristes là où ils se trouvent, en les faisant rêver et en les rassurant, c’est ce qu’il faut faire tant que cette pandémie régit nos vies.

« Vous savez », dit Christine Harter, « la promotion touristique est un ‘travail dans l’ombre’ – là où nous sommes, le public ne voit pas ce qu’on fait. » A Strasbourg, on peut donc être rassurés – tout est mis en œuvre pour relancer le tourisme et avec le tourisme, l’économie locale. Les stratégies de l’ODT sont très bien ciblées et déjà à l’automne, on en verra les résultats – avec l’arrivée plus conséquente de touristes des régions limitrophes. A condition, bien entendu, que les prochaines « vagues » n’invalident pas tout le travail fourni.

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste