Un excellent week-end dans la région du Rhin Supérieur

Nos montagnes, nos vallées, notre gastronomie, nos musées, notre hospitalité, notre orientation transfrontalière - ici, on peut oublier, le temps d’un week-end, le reste du monde…

Pourquoi ne pas découvrir ce week-end des paradis comme le Fallerhof près de Furtwangen dans la Forêt Noire ? Foto: Andreas Schwarzkopf / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 3.0

(KL) – Allez, on va tenter le coup… et terminer cette semaine sur une note positive. Ce qui n’est pas chose facile par les temps qui courent. «Vous êtes assez critiques», nous dit-on ces derniers temps, «vos articles sont assez négatifs…» Peut être. En même temps, nous ne font qu’observer. Et ce que nous voyons ces temps-ci, que ce soit en Allemagne, en France, en Europe, dans le monde, n’est pas exactement de nature à nous réjouir. On dirait qu’actuellement, les bassesses de la nature humaine remontent à la surface de manière assez concentrée, et il s’agira de faire bloc contre tout ce qui se passe actuellement autour de nous.

Corruption à tous les niveau, dans le sport, la politique, la justice, l’économie. La FIFA qui devrait défendre les valeurs du sport, se dévoile comme une association de malfaiteurs. En politique, les responsables passent leur temps à étouffer les scandales à répétition, tout en privant les peuples des fondamentaux d’une vie digne. La justice, vite en besogne lorsqu’il s’agit de censurer des médias comme Mediapart (avec l’interdiction de publier les documents relatifs à l’affaire Bettencourt, documents pourtant largement utilisés pendant le procès), blanchit les «gros bonnets», car une condamnation des «gros bonnets», cela fait désordre. Pour l’économie, la commission «commerce», s’amuse à faire des «votes test» pour s’assurer que même les partis autrement appelés «de gauche», voteront sagement avec les autres pour faire passer en force le TTIP – nous sommes réellement pressés d’offrir les clés de la «Maison Europe» à ceux qui nous espionnent et qui nous entrainent dans les guerres du 21e siècle.

Mais oublions tout cela, du moins, le temps d’un week-end. Histoire de prendre des forces pour pouvoir résister à ces tentatives concertées de nous pourrir la vie à nous tous. Pour combattre le mal, il faut des forces, il faut se ressourcer. Heureusement, le meilleur endroit pour se recharger les batteries, c’est le Rhin Supérieur. Et nous y vivons et pouvons en profiter.

Laissez la télé éteinte ce week-end, sortez avec vos amis et vos proches, découvrez les beautés sur l’autre rive du Rhin et vous serez surpris du bon accueil qu’on vous y réserve. Faites un tour dans des villes comme Freiburg, comme Baden-Baden, comme Karlsruhe ou comme Bâle, baladez-vous sur les hauteurs de la Forêt Noire qui, en ce début d’été, déploie toutes se beautés. Profitez des «Straußenwirtschaft», ces restaurants paysans qui n’ouvrent que quelques mois dans l’année et qui vous servent des spécialités du coin, pas toujours sophistiquées, mais toujours excellentes. Goutez le bon vin badois, car effectivement, les crus du Kaiserstuhl n’ont plus rien à envier aux vins français.

Faites le plein d’énergie ce week-end pour mieux résister à tout ce que nous allons apprendre la semaine prochaine. Et si vous avez un moment de libre, songez à ce que vous pourrez faire à votre niveau pour rendre notre planète un tout petit peu meilleure. Car si chacun s’engage, ne serait-ce qu’un minimum, on serait déjà beaucoup à œuvrer dans le bon sens. Ce qui sera nécessaire dans un monde qui devient chaque semaine un peu plus corrompu, un peu plus pourri, un peu plus brutal.

Soyez heureux en vous rendant compte que nous comptons vraiment parmi les privilégiés de ce monde, dans notre belle région du Rhin Supérieur ! Qui est vraiment beaucoup trop belle pour passer son temps de libre sur le canapé à regarder la télé. Vos voisins allemands vous attendent les bras ouverts – il suffit de s’y rendre.

Sur ce, toute la rédaction vous souhaite de passer un excellent week-end !

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste