František Zvardon – photographe, philosophe, chroniqueur

Ce vendredi, František Zvardon reçoit le « Grand Prix 2019 de l'Académie d'Alsace » pour son œuvre. L'extraordinaire photographe n'est pas à sa première distinction. Et sans doute pas à sa dernière non plus...

Une image typique - Frantisek Zvardon documente le monde là où d'autres ne vont pas... Foto: (c) Mélodie Lamotte d'Ancamps

(KL) – Tout a commencé en 1968, lorsque František Zvardon a hérité d’un appareil photo de son père. C’était le coup de foudre. František entame des études de photographie et de philosophie, et commence à travailler pour une grande entreprise d’Etat en Tchécoslovaquie. Mais sa véritable vocation n’est pas de passer sa vie dans un studio à faire des photos publicitaires – le monde l’attend.

Un jour, en 1976, František donne un paquet de photos à un ami qui, lui, les soumet à un concours de photographie de l’UNESCO au Canada, le « Prix Unesco FIAP – A Better Way of Life ». Et František remporte ce concours doté de 3200 dollars, une petite fortune à l’époque. Mais c’est cette dotation qui va changer le cours de sa vie, car la réception d’une telle somme venue d’un pays occidental éveille les soupçons des autorités tchèques qui elles, après le « Printemps de Prague », sont très sensibles aux contacts de leurs citoyens avec le monde occidental.

František Zvardon et son épouse décident alors de quitter le Bloc de Varsovie, et ils le font – à la nage entre la Slovénie et le ville de Trieste en Italie… Arrivé à l’Ouest, František multiplie les commandes pour différents magazines, structures économiques, clients de toutes sortes, et se fait rapidement une réputation comme grand voyageur, reporter et illustrateur. Les Etats-Unis l’accueillent bras ouverts, mais František choisit Strasbourg comme domicile, sa première station après avoir quitté la Tchécoslovaquie.

A un moment où les gens ne disposent pas encore de smartphones, sa maîtrise de la photographie lui vaut distinction sur distinction. Le Prix Agfa-Gevaert à Leverkusen en 1983, le prestigieux Prix Nikon Photo Contest International en 1983 à Tokyo, le Prix Olympus à Tokyo en 1990, le Prix PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) à New-York en 1996, pour ne citer que ces distinctions.

Frantisek Zvardon illustre plus d’une trentaine de livres, dont la « Bible 2000 » en 19 volumes, « On my own » en 1991, « Vache » en 1992, « Les Routes du lait » en 1994, « Paysages Humains » en 1996, « Empreinte du temps » en 2001, « L’Alsace » en 2005, «Surma » (Éthiopie) en 2006, « Pétra Werlé, Histoires Naturelles » en 2007, « Bleu de Terre » en 2008, « Strasbourg » en 2009 commandé pour le 60e anniversaire de l’OTAN par la ville de Strasbourg, « Les Alsaciens » en 2009, « Chemins de Saint-Jacques de Compostelle », « La Route des Vins d’Alsace », « Au Fil du Rhin » et « Metz » en 2010, « Éthiopie, Instants éternels » en 2011, « Au-dessus des châteaux de France » et « Au-dessus des parcs et jardins de France » en 2012, « Alsace Panorama » en 2013, « Bâtisseurs de Cathédrale » en 2014, « L’excellence en Alsace » en 2014, une exposition « Iron Heroes » à Kirkenes (Norvège), travail photographique au nord de la Norvège et en Russie, en 2015.

Mais au-delà de sa maîtrise technique absolue, František Zvardon est avant tout philosophe, un chroniqueur de son époque ; et grâce à ses nombreux voyages dans le Grand Nord, il est également devenu un grand témoin de l’époque du déclin environnemental. Ses images de paysages et d’endroits paradisiaques constituent en même temps un appel à préserver ce monde merveilleux que nous sommes en train de détruire.

Personne ne peut l’exprimer mieux que lui-même : « La photographie, pour moi, est une puissante écriture universelle des pensées et des sentiments. C’est un miroir de la société et une mémoire du monde. » Vendredi, František Zvardon reçoit donc le « Grand Prix 2019 de l’Académie d’Alsace ». Toutes nos félicitations !

3 Kommentare zu František Zvardon – photographe, philosophe, chroniqueur

  1. Oui, félicitations et grand merci à Frantisek Zvardon, notamment pour la photographie panoramique servant de lumineuse table d’orientation sur la plateforme de la cathédrale : elle pourrait d’ailleurs être, avantageusement pour l’”Europe” aux “Larges-Vues”, complétée par d’autres repères visibles depuis cette cime strasbourgeoise, comme le “Kaiserstuhl”.

  2. Claire et Alain // 31. Januar 2019 um 10:12 // Antworten

    Que dire de plus, BRAVO.
    Cela fait plaisir de lire des nouvelles comme celle çi.
    Merci de partager ta passion, ton métier avec nous.
    Claire et Alain de DAMBACH LA VILLE

  3. Toutes mes félicitations Frantisek ! La passion de l’image positive sur notre monde d’ego ne peut être autre que la signature magnifique de notre Frantisek Zvardon ! Que le monde entier vous en soit reconnaissant ! Bravo et surtout MERCI d’exister !

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste