Retraites : l’exode des retraités allemands

Un nombre croissant d’Allemands quitte le pays pour profiter de la retraite sous d’autres cieux. Au top du hitparade : la Suisse et les Etats-Unis.

De plus en plus d'Allemands profitent de leur retraite pour découvrir d'autres pays. Foto: Alex Proimos, Sydney, Australia / Wikimedia Commons

(KL) – C’est un phénomène étrange – les Allemands quittent massivement le pays lorsqu’ils atteignent l’age de la retraite. Selon l’Assurance Retraite Allemande (DRV), plus de 220.000 retraités allemands auraient déjà quitté l’Allemagne. Mais ils ne cherchent pas vraiment l’aventure – dans le Top 10 des pays préférés par les retraités allemands, on trouve surtout des pays à proximité imminente.

Ce sont la Suisse, les Etats-Unis et l’Autriche qui occupent le podium, et cela s’explique. Dans deux de ces trois pays, on parle l’Allemand et aux Etats-Unis, les personnes agées ne trouvent pas seulement des structures d’accueil adaptées aux personnes agées (surtout en Floride), mais les retraités exilés y profitent d’un taux de change très favorable lorsq u’ils changent leurs euros en dollars.

L’Espagne , avec l’île de Majorque, vient en quatrième position, avant la France, le Canada, l’Australie et les Pays-Bas. D’autres pays recherchés par les Allemands agés – la Grèce, la Turquie ou la Croatie. Tout en tout, 1,7 millions de rentes sont virés à l’étranger (plus 0,4 millions par rapport à 2003), mais dans ce chiffre, il faut aussi compter les travailleurs immigrés dans les années 60 et 70 qui, une fois l’age de la retraite atteint, retournent souvent dans leurs pays d’origine et y touchent une rente allemande. Souvent, la rente allemande dépasse largement le niveau des rentes dans ces pays, ce qui assure un niveau de vie que les rentes ne permettraient pas en Allemagne.

Grâce aux règles européennes, les retraités ont le choix. Il peuvent se dépayser, tout en restant dans un contexte rassurant qui est souvent celui de l’UE.

Elly et Horst, deux «jeunes retraités» ont opté pour l’Espagne. Non pas pour les îles touristiques, mais pour une petite maison près de Malaga, dans l’arrière-pays. «Ici», explique Elly, retraitée de l’Education Nationale, «les choses sont plus tranquilles. Une fois les papiers réglés, tout fonctionne à merveille. Et avec la rente que nous touchons, nous vivons largement mieux qu’en Allemagne. Sans parler du soleil…».

«Nous ne vivons pas sur le dos des systèmes sociaux du pays hôte», souligne Horst, «nous sommes toujours affiliés au système allemand et au contraire, nous apportons notre argent dans l’économie locale. Nous ne piquons pas les emplois des gens qui y vivent et dans cette situation, tout le monde est gagnant.»

L’Europe, c’est aussi ça. La liberté à tous les ages – depuis Erasme+ jusqu’à la retraite. Cela change agréablement du discours nationaliste que l’on entend un peu trop souvent ces derniers temps.

Kommentar hinterlassen

E-Mail Adresse wird nicht veröffentlicht.

*



Copyright © Eurojournaliste